CopyPastehas never been so tasty!

Avis rapide d’un politique non spécialiste sur les questions

by anonymous

  • 0
  • 2
  • 0
277 views

Avis rapide d’un politique non spécialiste sur les questions de civilisations.

 

Pour répondre à Thierry Guerrier : « vouloir défendre notre civilisation lui confère-t-elle une supériorité ? Est-elle en danger ? Et si oui pas d'abord du fait de nos erreurs ? »

Tout d’abord il faut s’entendre sur la définition du mot « civilisation » et ensuite savoir si nous sommes déjà convaincus d’appartenir à une même civilisation entre les Français du nord, de l’ouest, de l’est ou du sud. Il me semble incontestable que nous soyons le produit d’une culture dite judéo-chrétienne, encadrée au début du 20ème siècle par un débat très vif sur la laïcité.

Faut-il défendre cette sorte de civilisation ? A mon avis, il faut faire vivre les valeurs qu’elle porte. Parce qu’elles viennent de loin, qu’elles se sont enrichies, tout au long des siècles, de tous les débats, les controverses, les pratiques, les conflits, les réconciliations.

Nous ne pouvons cependant prétendre que cette civilisation serait supérieure à d’autres. Prenons l’exemple de la chinoise pleine de mystère. Comment nous comparer ? Ce serait bien hasardeux.

Notre civilisation est-elle en danger ? Elle a de toute manière vocation à évoluer puisqu’elle est le fruit de tous les métissages de pensées, d’idées, de pratiques. La question est celle des transitions. Passer de convictions ancrées profondément dans l’histoire et la vie d’un Peuple à d’autres me semble une forme de violence et la semence de graves conflits. C’est pourquoi, l’examen, et si possible l’anticipation, des flux migratoires, est une nécessité, à défaut, les chocs de mode de vie, de pensée, de religions peuvent dégénérer en haines aveugles.

Reste que nous sommes entrés dans un monde ouvert, où la rapidité de déplacement des personnes, sans parler de l’instantanéité de la diffusion de l’information entrainent un melting-pot humain qui relève parfois de la poudrière.

C’est pourquoi une urgente et forte diffusion d’une vertu qui s’appelle le respect mutuel me semble capitale. A défaut, nous pourrions voir des foyers de violence s’embraser partout sur la planète. Les grandes organisations internationales ont proclamé des valeurs universelles. La langue qui les véhicule est trop belle pour être à la portée de tous. Il faut la décliner en exemples de comportements individuels et quotidiens.

Apprendre à vivre ensemble, tel est notre défi.

Ce que nous appelons notre civilisation ne peut prétendre à aucune supériorité, elle n’est pas cependant soluble dans une société mondiale sans corps de valeurs communes, et son erreur serait de ne pas faire vivre chez elle ses propres valeurs, sans les imposer à ses indigènes, et sans les présenter comme conditionnelles pour tout accès à notre nationalité.

Disant cela, j’ai parfaitement conscience de blesser l’esprit universaliste de certains lecteurs, mais j’ai été Maire longtemps et je sais que le vivre ensemble ne tient pas seulement aux bons sentiments mais aussi au respect de règles clairement définies et qui s’imposent à tous.

 

Alain Lambert

Ancien Ministre.

Add A Comment: