CopyPastehas never been so tasty!

Se faire élire et gouverner : 2 objectifs différents !

by alambert

  • 0
  • 0
  • 0
229 views

Présidentielles : Se faire élire et gouverner : 2 objectifs différents !

A entendre tout ce que se dit et lire ce qui s’écrit sur la présidentielle, il m’arrive de me demander si la question est de bien gouverner la France ou d’élire un candidat coute que coute ! On assiste aux mêmes débats, au même pronostics qu’avant une coupe du monde où un grand prix de courses de chevaux. Sauf qu’en sport, ce sont les joueurs qui, par leur talent, gagnent ou perdent, alors qu’en démocratie, ce sont les électeurs qui décident, et ce sont eux qui gagneront ou qui perdront selon la qualité de la gouvernance qui suivra.

Si la compétition pour gagner dure environ 10 semaines, l’avenir de la France se scellera pour 5 ans par cette élection.

Aussi pourrait-il être parfois évoqué des questions apparemment accessoires comme l’intérêt supérieur du Pays, le redressement de ses finances menacées, la relance de son activité, la réduction du chômage, l’avenir de la jeunesse et de la protection sociale des ainés. Ces sujets ne sont évoqués que pour faire s’opposer les candidats, encourager leur manichéisme, et déchirer la population en son sein. Il serait surprenant que sur certains problèmes il n’y ait pas qu’une seule solution. Croyez-vous qu’elle serait reconnue comme une voie commune à tous les candidats et ainsi rassembler les Français pour l’emprunter au plus vite ? Surtout pas. Le but est la controverse, le choc, la bataille, la guerre, bref tout sauf la concorde et le rassemblement pour nous sortir de l’ornière.

Certes, il ne s’agit pas d’être naïf, mais il est tout de même parfois démoralisant de voir autant d’intelligence, d’expertise, d’énergie dépensées dans le seul but de s’éliminer mutuellement.

La vérité est que la France se trouve dans la même situation qu’au sortir d’une guerre, les dommages humains et matériels en moins. Mais l’économie et les finances autant dégradées. Par le passé, au lendemain d’un grave conflit ayant déchiré la société, les forces politiques s’unissaient, oubliaient un moment ce qui les séparaient, et se rassemblaient pour refonder la cohésion nationale et réussir le redressement.

Au final, les partis politiques français sont excellents pour la bataille mais ne travaillent que rarement sur la meilleure gouvernance possible pour leur Pays. Chacun part du principe qu’il ne pourrait sortir de l’ambigüité qu’à ses dépends, et reste donc prudemment abrité derrière des slogans qui frappent les esprits, enflamment les émotions et reportent au lendemain les décisions difficiles.

Aucun des deux grands partis PS et UMP ne réunissent plus de 25 à 30% des suffrages sur leur modèle de société. Pour réformer le Pays, c’est plus de 50 % qu’il faudrait réunir et non pas bloc contre bloc mais dans une coalition bien clairement construite sur des projets précis de réformes qui seraient ainsi approuvés par les Français.

Notre Constitution qui n’autorise pas plus de deux candidats au second tour de l’élection présidentielle a progressivement amené le corps politique à s’organiser en deux grandes formations rivales destinées à incarner l’alternance, au gré de l’humeur des électeurs. Les groupes politiques qui fondent leur pensée sur l’union des bonnes volonté se heurtent à cette guillotine du premier tour. Plus de 50% des Français se trouvent donc éliminés au 1er tour et une minorité gouvernera le pays avec ses seules idées et souvent dans la revanche de ce qui s’est fait avant. Il y a fort à parier que cette majorité de Français choisira bientôt le 2ème tour des législatives pour s’imposer. Aux législatives les triangulaires sont possibles et elles seront cette année probablement nécessaires pour en finir avec le système binaire de la 5ème République.

Ainsi les François subiront une présidentielle médiatique et fondée sur l’apparence. Ils choisiront un mois après leur gouvernement lors des législatives grâce à la coalition des bonnes volontés qui émergera.

Nous avons connu d’excellents candidats pour se faire élire. Ils ne se sont pas tous révélés d’excellents gouvernants. Le temps est donc venu d’en sélectionner sur ce seul critère de capacité à gouverner et incarner l’unité nationale. La candidature de François Bayrou répond à cette nécessité, faisons-lui confiance et la France sera enfin gouvernée pour le bien de son Peuple et non pour la gloire et l’intérêt de ses partis.

 

Alain Lambert

ancien ministre.

Add A Comment: