CopyPastehas never been so tasty!

A propos de l'avenir du Haras du Pin !

by alambert

  • 0
  • 0
  • 0
221 views

Réponse à Monsieur Bernard Lecourtois Président de l’Association syndicale des Etalonniers Privés ( ASEP).

 

Monsieur le Président,

J'ai naturellement lu avec beaucoup d'intérêts votre billet sur la conservation des sites historiques  et l'abandon de l'étalonnage public.

Il me semble important que vous preniez bien en compte que le débat qui nous oppose, les collectivités locales et l'Etat, ne porte pas sur les conditions d'exercice de l'activité d'étalonnage, mais sur le refus de l'Etat d'être transparent avec nous sur ses projets et sur son implication future dans le domaine du cheval. Nous ne l'encourageons pas d'ailleurs à rester puisque j'ai souvent souhaité publiquement qu'il nous transfère ses compétences et les actifs qui vont avec afin que nous puissions conduire une politique ambitieuse pour la filière dans l'Orne.

Nous ne souhaitons alimenter aucun faux-débat sur la fermeture du Haras du Pin et de son centre technique. Nous ne pratiquons aucun amalgame et nous savons parfaitement faire la différence entre les activités privées et celles publiques. De nombreux élus sont d'ailleurs des entrepreneurs et n'apprécient pas toujours de recevoir des leçons de bonne gestion publique, alors qu'ils subissent une gouvernance baroque entre un Etat qui prescrit, qui veut décider et commander à tout et qui n'a plus les moyens de payer les conséquences des décisions qu'il prend.

Je vous indique par ailleurs qu'il existe déjà de nombreux musées dans l'Orne et que nous n'avons aucune ambition d'en ouvrir un autre à la gloire du cheval.

Vous appelez de vos vœux un Etat qui repenserait la filière dans sa globalité, mais qui continuerait à subventionner la filière sport. Vous semblez regretter que le secteur des courses brandisse trop  l'étendard de l'unité du monde du cheval, sans qu'elle ne bénéficie au sport.

Votre soutien à la politique des Haras Nationaux vous semble devoir s'accompagner pour vous de devenir bénéficiaire des résultats du PMU.

Votre contribution n'éclaire pas précisément quel rôle vous semblez vouloir conférer aux collectivités locales et si vous leur reconnaissez d'ailleurs quelque légitimité à s'en occuper.

J'imagine que vous préférence pour l'Etat, comme interlocuteur privilégié, pourrait permettre aux collectivités locales de s'exonérer des lourdes subventions qu'elles versent souvent pour l'organisation de vos événements sportifs.

Comme vous le voyez, l'approche des collectivités locales n'est pas interventionniste à tout crin, elle est pétrie de pragmatisme et se rangera aux préférences de la profession pour choisir son partenaire chef de file Etat / collectivités locales. Si elles ne sont pas choisies, elles se désengageront à leur tour et il vous restera à décider vers qui vous vous tournez.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments très distingués.

 

Alain Lambert,

Ancien ministre,

Président du Conseil Général de l'Orne.

Add A Comment: