CopyPastehas never been so tasty!

sup

by anonymous

  • 0
  • 0
  • 0
181 views

Bonjour, mon nom est Sakura. Au contraire de ce certains pourrait peut-être penser je ne suis pas un arbre. Vous avez peut-être déjà entendu mon nom dans une comédie japonaise animée, en effet c'est moi. Je suis sur le point de vous raconter l'histoire de ma vie, c'est vraiment intéressant! Mais avant je dois commencer par une anecdote.

Il faisait froid dehors et les forces spéciales américaines n'avaient plus grand chose à manger. C'est à ce moment précis que je coupai leur discussion.

Moi : Pourquoi vous faites pas pousser des légumes à place de chialer?

Le plus bâti d'entre eux se lèva pour prendre la parole, j'imagine qu'il s'avait auto-nommé le chef de la bande à cause de ses gros bras et de son insigne de sergeant, peu importe, il me répondit d'une voix presque trop virile pour mes oreilles habituées à écouter de l'opéra (oui j'aime bien écouter de l'opéra dans mes temps libre, par exemple quand je suis à l'école. Ah je ne vous ai pas encore dit que j'allais à l'école n'est-ce pas? En effet, je suis étudiante et je dois dire que j'apprécie assez ce status, j'essaie de m'en venter le plus souvent possible, pourquoi me direz-vous? Eh bien la réponse est simple, j'ai l'impression que mon âme soeur qui se trouverait à être un homme à cette même école commence à être intéressé par ma personne et je dirais même qu'il a un oeil sur moi. Seulement un puisqu'il y a un bandage sur l'autre. Il s'est amusé l'autre jour à lancer de la peinture en bonbonne sous pression dans un feu, pour voir si ça ferait un genre de feu d'artifice, mais non cela ne fesait qu'exploser, alors ça n'a pas trop pris de temps pour qu'il recoive un morceau de metal dans l'oeil. Ceci dit il est en fait très stupide, ca doit être pour cette raison que c'est mon âme soeur, d'ailleurs il aime l'opéra!).

Lui : Tu es pas mal stupide toi, il y a de la neige partout. Comment veux-tu qu'on fasse pousser quoi que ce soit dans ce climat, pauvre folle?

Apres avoir pesé chacun de ses mots et ait apprécié grandement qu'il tente de me parler en français alors que sa langue maternelle est l'anglais, je me croisai les bras d'un air stupéfiée. Mais en fait je ne l'était pas, je voulais juste lui faire croire celà pour qu'il soit fier de son coup et qu'il pense qu'il m'a battu. Personne ne peut me battre à Mortal Kombat... J'ai fait plusieurs tournois et je peux facilement battre n'importe qui avec Noob Saibot en spammant l'attaque overpowered, mais c'est mon secret donc a chaque combat je gagne avec l'effet de surprise et tout le monde chiale que j'utilise un personnage abus. Alors pour me défendre je dis que eux aux moins ils ont pas perdu leurs parent à la naissance et qu'ils n'ont certainement pas dû avoir à faire à la mégère de tante que j'avais comme gardienne, qui me faisait faire tout plein de tâches ménagères chiantes comme passer la balayeuse et faire la vaisselle. Le truc avec cet argument c'est de le dire très vite alors comme ça ils comprennent pas que ce que je viens de dire c'est n'importe quoi. Ils finissent tous par pleurer et me donner raison... comme si ils avaient pitié de moi. Je crois que c'est ce qu'on pourrait appeller un argument béton.

Moi : J'aimerais te faire remarquer que "Pourquoi vous faites pas pousser des légumes à place de chialer?" n'est qu'une simple expression utilisée par les moines à l'époque du Moyen Âge, la ou les produits faits à partir de farine reignaient (comme par exemple le pain, c'est-tu pas assez bon du pain, mais quand on y repense ce n'est qu'un ingénieux mélange de farine, d'eau et d'une bactérie qui fait tout gonfler, comme le popcorn, d'ailleurs je soupçonne fortement l'inventeur du pain d'avoir volé le concept à l'inventeur du popcorn, mais bon on ne le saura jamais, l'inventeur du popcorn est surement mort à l'heure qu'il est.) Ils utilisaient cette expression lorsque les moines scribes s'amusaient à retranscrire la bible (en fait ils ne s'amusaient pas du tout, c'était leur boulot et c'était vraiment pas plaisant, c'est très long et fastidieux (voir expression : travail de moine) mais étant donné que ces moines avaient donné leur vie corps âme et futur à la religion ils étaient obligés de le faire. Mais parfois ils se permettaient une petite pause pour chialer avec les autres moines qui eux avaient comme travail de préparer la messe, quand ils jugeaient opportun de faire différent de celle d'avant (ca arrivait jamais) et de tester le vin qui venait de village d'à coté (assez pauvre faudra-t-il le mentionner (pas de sa faute, il est situé en plein du continent ou plusieurs guerres prennent place à chaque mois)) donc les moines scribes trouvaient que la charge de travail était mal distribuée. C'est à ce moment que les autres moines répliquaient : Pourquoi vous faites pas pousser des légumes à place de chialer? Personnellement je crois que cette phrase pourrait répondre à tous les problèmes du monde, surtout quand le problème vient d'un chialeux, mais bon c'est mon opinion...

Lui : Oh, j'imagine que tu as raison alors...

Et sur ces mots, il s'assit sur le sol froid du désert du Nébraska, savourant sa tièdre défaite aux mains d'une jeune fille qui ne connait presque rien de la vie encore. Je regardai alors tous les soldats présents, qui baissaient tous un peu la tête par peur de savoir qui serait la nouvelle personne à avoir droit à ma divine furie. Mais sans plus d'éclat, je m'exprimai d'une voix claire mais un peu fendante (en esquissant un sourire en coin, mettons)

Moi : J'y ai tu pas assez dit hein?

Bon c'était ça mon anecdote de quand j'ai remis un sergeant de l'armée américaine (ou whatever c'était quoi son grade) à sa place. Passons à la vraie histoire!

________________________________________________________

Note de l'auteur:

Euh bon on m'a fait remarquer que l'anecdote que vous venez de lire aurait pu être résumée en 4 lignes ou presque. Pour le plaisir de ceux qui n'aiment pas vraiment lire, voici le tl;dr (too long; didn't read) de l'anecdote.

Il y a du monde de l'armée qui chiale.
Moi : Pourquoi vous faites pas pousser des légumes à place de chialer?
Le chef : On peut pas faire pousser de légumes
Moi : C'est une expression... loser
Le chef : Oh...

Bon je suis désolée, ça fait 5 lignes, ca serait plus simple de juste changer le 4 que j'ai écrit il y a quelques instant à place d'écrire un paragraphe d'excuse mais je vais le faire car je suis HONNETE (prenez exemple sur moi les enfants, attendez, si il y a des enfants qui lisent ca je suggererais d'arrêter de lire, il risque d'avoir des sujets d'audience mature qui seront abordés bientôt (ca y est je viens de m'assurer que vous allez continuer à lire, eh bien vous savez quoi? ca m'importe peu)). Alors oui si vous avez des plaintes a faire à propos de la note de l'auteur qui était sencé être quelques lignes pour ceux qui n'aiment pas trop lire, j'ai échoué alors je m'excuse aussi à ces personnes, qui ont surement étées traumatisées par ce mur de texte (vive Notepad) je viens de briser votre confiance, alors vous, arrêtez tout suite de lire ce texte car bientôt il va y avoir des sujets d'audience mature alors ca veut dire plein de descriptions inutiles car vous pouvez très bien vous imaginer ce qui se passe dans mon esprit tordu (des tentacules vous avez déjà vu ça n,est-ce-pas? pieuvre?).

Le fer en main, nous repassons à la vraie histoire!

___________________________________________________________


Mise en situation, nous sommes à la plage, une chaleur ridicule s'abat sur nous, les sandwichs sont saturés de sable croustillant et les crabes ne font qu'accompagner la musique. Je suis avec mon frere Yuuki qui aime me rapeller que j'ai un nom d'arbre et qu'il serait plaisant de faire un picnic en utilisant l'ombre que je porte (non mais quelle insulte, parlant d'insulte j'ai lu l'autre jour dans le journal qu'une des meilleurs façons de conserver la viande était de mettre du sel dessus (méthode passée date si vous voulez mon avis (jeu de mot?)) alors j'ai monté cet article à mon paternel pour avoir son opinion et il m'a confirmé que c'était une insulte à Louis Pasteur lui-même, qui était diabétique. Pauvre homme!). Une chance pour moi, Yuuki (apellons-le Yuu-nii-san pour lui faire plaisir) avait omis d'amener une couverture avec des motifs carrés rouges et blancs, le picnic étant donc IMPOSSIBLE. Bref, il décida d'aller se "saucer" dans la mer pour se refraîchir les hormones (à cet âge la, c'est en pleine croissance et ça surchauffe semblerait-il, ça me fait penser ce qui s'est passé il y a deux semaines, Yuu-nii-san avait la ferme intention de toucher à une paire de seins avant la fin de la journée. Pour une raison qui m'échappe encore à cet instant, il m'a gentilment demandé s'il pouvait utiliser les miens pour combler son besoin (je dois spécifier à ce moment de l'histoire que Yuu-nii-san et moi ne sommes pas vraiment "blood-related", ca veut dire que nous ne sommes pas VRAIMENT frère et soeur, mais pour les besoins de la cause je dis que c'est mon frère, c'est plus simple, de toutes façons c'est une longue histoire (oh l'ironie!)). Évidemment j'ai étée surprise au début mais j'ai étée aussi plutôt flattée puisque je n'avais jamais vraiment reçu de compliments à propos de ma poitrine. C'est à ce même instant que je me suis rendu compte que ce n'était pas du tout un compliment, j'ai profité de la remarque pour lever mon poing vers le nez de Yuu-nii-san, qui semblait si fragile et innocent. Il fallait quand même que quelqu'un paie pour toutes ces perversions et malheureusement j'avais déjà choisi ma cible. Ce fut comme dans le film Matrix : mon poing qui part lentement, au ralenti, le visage de Yuu-nii-san qui se déforme par la peur et l'angoisse, le poing qui se rapproche dangereusement, le nez qui se replie sur lui-même comme le petit orteil qui voit le coin de mur arriver et qui tente de minimiser les dégats, le poing, encore plus près de la surface du visage, des griffes qui commencent à sortir comme Wolverine. L'impact était imminent et j'avais déjà eu tout ce que je voulais avec cette expression facile qui valait très cher mais comme l'effet de Matrix était là et tout, le bout du poing commenca à caresser le nez de Yuu-nii-chan qui fut semblerait-il plutôt excité par la manoeuvre en jugeant par l'écoulement sanguin que cette sensation lui fit produire. Pendant que le point terminait son violent geste, j'ai presque eu peur que je lui ait cassé quelque chose pour que ça seigne autant mais j'ai aussi remarqué que Yuu-nii-san avait profité du Matrix-bullet-time pour venir poser ses deux mains sur ma poitrine (ce qui pourrait très bien expliquer son "nosebleed"). Reculant de quelques pas, l'air définitivement frustré je le traitai de pervers (ou quelque chose du genre) et parti en courant vers des contrés inexplorées (pourquoi? je me le demande encore, peut-être que je me sentais comme Christophe Colomb après tout!)). Je lui lancai donc le ballon de plage que nous avions amené pour qu'il joue au volleyball de plage tout seul dans la mer (ou peut-être avec les mouettes, qui sait) mais le ballon fit simplement le heurter, il n'essaya même pas de l'attrapper. Il était figé sur place, fixant une grotte qui se situait à quelques lieues d'ici sur la plage (en passant, j'ai aucune idée c'est combien de mètre une lieue, je dis juste ça parce que ca sonne cool et parce que ceux qui naviguent en haute-mer utilisent cette unité de mesure et on est à la plage donc c'est de circonstance).

Il me rejoignit vite sur la plage et comme on se connait déjà pas mal, nous avons pas eu besoin d'échanger de discussion à propos du danger qui nous attendrait là-bas, on s'est simplement lancé un regard compétitif et nous sommes partis a courir en direction de la grotte.

Add A Comment: